Discours de Monsieur Hubert Heilbronn

14 octobre 2013 : remise du prix de l'AJCF à Rivon Krygier

Monsieur le Rabbin, Monseigneur, Madame le Pasteur, Père Guggenheim, Père Dujardin, Madame Hadas-Lebel, Madame Chalier,

prononcer tous ces noms et tous ces titres donne une idée, très riche, de la force spirituelle de l’Amitié Judéo-Chrétienne. Ces personnes d’origine différente, de foi différente, se rassemblent ici dans l’amour et la justice et de l’Éternel, béni soit-Il.

Je voudrais dire juste un mot d’une aventure singulière qui m’est arrivée cette année le 5 septembre, qui est le jour anniversaire de la mort du Lieutenant Péguy, de Charles Péguy, tombé à Villeroy vers cinq heures de l’après-midi. Et cette année le 5 septembre, c’était Rosh HaChana. J’ai eu le bonheur, temporel et spirituel, comme le disait Péguy, d’aller me recueillir sur la tombe de Péguy le jour de Rosh HaChana et il m’a semblé qu’il y avait là un signe qui honorait l’Amitié Judéo-Chrétienne.

Monsieur le Rabbin, je vous remets le Prix de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France.