La Dracha d'Elie Alyeshmerni

Dracha prononcée par Elie Alyeshmerni le 11 mai 2012

Elie Alyeshmerni, président du men's club de la communauté Sinai Temple de Los Angeles et sa femme Siona ont rendu visite pendant quelques jours à Adath Shalom, à l'occasion du jumelage de nos deux communautés. Il a prononcé la dracha ci-dessous, en français, le 11 mai 2012, au cours de l'office de Arvit.

 

Shabbat shalom,

C'est avec une profonde gratitude que je m'adresse à cette communauté importante au sein du Mouvement Massorti.  Je vous apporte les salutations de votre Communauté jumelle, Temple Sinaï de Los Angeles. A Temple Sinaï nous avons la chance d'être dirigés par le Rabbin David Wolpe, qui, selon le Newsweek Magazine, est le rabbin le plus influent aux États-Unis.  Vous auriez compris pourquoi si vous aviez été avec nous le premier et le dernier jour de Pâques. Lors de ces 2 Shabbat, il y avait plus de 2,000 membres présents.

A  Adath Shalom sous la direction et l’influence de Rabbin Krygier, vous êtes des pionniers dans la recherche du judaïsme significatif. Pour beaucoup d'entre nous, la réponse est le judaïsme Massorti qui met l'accent sur le judaïsme égalitaire et qui interprète nos traditions à la lumière des réalités d'aujourd'hui.

Nous devons trouver notre voie à notre niveau de confort, d'identité et d'expression religieuse et spirituelle. Permettez-moi de vous raconter comment j'ai découvert mon identité au cours de la première semaine lors de mon arrivée aux Etats-Unis à l'âge de 14 ans.

Lorsque j'étais enfant, j'ai souffert de préjugés religieux en Iran. J'ai été heureux de quitter l'Iran pour obtenir une éducation aux États-Unis. Mais lorsque je suis arrivé en Amérique, j'ai eu un choc de culture : une langue étrangère, la nourriture n'était pas familière (Je pensais que le hot dog était de la viande de chien, mais chaude),  le climat de Minneapolis était froid, les sujets appris à l'école m’étaient inconnus. J'étais très seul.

Ma famille américaine a eu la bonne idée de m’emmener à une synagogue Massorti le premier vendredi soir de mon arrivée. Dès que j'ai entendu les prières et les mélodies auxquelles j'étais familier, à cet instant, j’ai trouvé mon identité. J'étais un juif qui vivait aux États-Unis. J'avais été un juif qui a vécu en Iran.

De toute évidence, je ne suis pas le seul qui pense de cette façon.  On dit que lorsque le ministre des affaires étrangères Henry Kissinger a rencontré Golda Meir, il lui a dit qu'il était d’abord américain, puis juif. La première ministre Golda Meir lui a répondu qu’en hébreu on va de la droite à la gauche.

Mais, quelle est notre responsabilité pour les pays dans lesquels nous vivons ? Il ya plus de 2500 ans, le prophète Jérémie a écrit une lettre aux dirigeants de la communauté juive de Babylone.  Il les a exhortés à « Chercher la paix et la prospérité de la ville à laquelle j'ai fait vous en exil.» A ce jour, nous prions encore chaque semaine pour le bien-être du pays dans lequel nous vivons, et nous sommes de très bons citoyens.

 

A Temple Sinaï, je suis actuellement le président du Club des hommes. M. Claude Machline m’a dit que c’est un concept américain. Je suis d’accord.  S'il y a un intérêt à en discuter, je le ferai avec plaisir. 

En attendant, je vous adresse les salutations du Rabbin David Wolpe et le président de notre Congrégation, Monsieur Eric Diamond !Je vous invite au nom du Temple Sinaï à nous rendre visite.

Veuillez souhaiter un joyeux anniversaire à mon épouse Siona. C'est son anniversaire demain.

 

The following was said in English :

 

At this point, I would like to thank Claude Machline and Aline Shapira for two things.  First, for making it possible for our two congregations to betwinned and secondly for their extaraordinary level of hospitality during our visit.

 

The following was said in Hebrew :

I would like to congratulate Claude Machline for receiving the Massorti International Award within a few weeks in Jerusalem.  Speaking of Jerusalem, let us pray that god keep and protect her and provide for her comfort and peace and friendship forever. Amen

Long Live the Jewish People.


La version originale

Speech to the Adath shalom congregation, Paris  May 11, 2012

 

Shabbat shalom

 

It is with deep gratitude that I address this significant congregation within the Masorti movement.  I bring you greetings from your twin congregation, Sinai Temple of Los Angeles.  We at Sinai Temple are fortunate to be led by Rabbi David Wolpe who according to the Newsweek Magazine is the most influential Rabbi in the United States.  You would have seen why if you were with us on the first and the last days of Passover this year.  Each Shabbat, there were over 2,000 congregants present.

 

You at Adath Shalom are pioneers in search of meaningful Judaism.  For many of us the answer is Masorti Judaism with its emphasis on egalitarian Judaism and interpreting our traditions in the light of the realities of today.

 

We all must find our way to our comfort level ofidentity, spiritual, and religious expression. Let me tell you about how I discovered my identity within the first week of arriving in America at the age of 14.

 

When I was a  child, I suffered religious prejudice in Iran.  I was happy to leave Iran to get an education in the United States. But when I came to America, I experienced culture shock.  I encountered a foreign language.  The food was unfamiliar.  I thought hotdog was dog meat, but hot. The  climate of Minneapolis was cold. The subject matters in school were unfamiliar. I felt quite alone.

 

The American family had the wisdom to take me to a Masorti synagogue the first Friday night I was in the U.S.  As soon as I heard the prayers and melodies I was familiar with, at that moment,  Idiscovered my identity.  I was a Jew who was living in the United States.  I had been a Jew who had lived in Iran.

 

Clearly, I am not the only one who feels this way. It is said that when Foreign Secretary Henry Kissinger met Golda Meir, he told her that He was first an American and then a Jew.  Prime Minister Golda Meir told him that in Hebrew we go from right to left.

 

But, what is our responsibility to the countries in which we live? Over 2500 years ago, the Prophet Jeremiah wrote a letter to the leaders of the Jewish community in Babylon.  He urged them to “Seek the peace and the prosperity of the city to which you have been carried into exile.”Until today, we pray every week for the welfare of the country in which we liveand are very good citizens.

 

At Sinai Temple, I currently serve as the president of the Men’s Club.  I have been told by Mr. Claude Machline that this is an American concept. Granted.If there is an interest in the topic, I will gladly discuss it.

 

Meanwhile, greetings to you from Rabbi David Wolpe and the president of our Congregation, Mr. Eric Diamond!I invite you on behalf of Sinai Temple to visit us. 

 

Please wish my wife Siona happy birthday. It is her birthday tomorrow.

 

Thank you

 

Shabbat shalom.

Am Yisrael chai