• Bernard Orès à Adath Shalom

    Quelques mots en guise de préambule. Je suis un rescapé de l’enfer concentrationnaire nazi. Après ma libération par l’armée américaine, j’ai été longtemps comme enfermé en moi-même et à part pour ma famille la plus proche, je n’étais que silence.

    Ce n’est qu’à partir de 1992 que je me suis senti apte à témoigner et depuis, j’ai prononcé environ une quinzaine de conférences témoignages.

    Aujourd’hui, en 2014, 20 ans environ après ma première conférence et environ 70 ans après la guerre, persuadé que l’éternité a ses racines dans la mémoire, j’ose une dernière conférence.

  • Discours prononcé par Catherine Chalier

    Discours prononcé par Catherine Chalier, le 2 mars 2010, lors de la remise du prix Francine et Antoine Bernheim par la Fondation du Judaïsme

  • Intervention de Rivon Krygier lors de la 2ème convention du CRIF

    Dans le cadre de la 2° Convention du Crif qui s'est déroulée le dimanche 13 janvier, notre rabbin, Rivon Krygier, est intervenu dans une table ronde ayant pour thème "Menaces contre les pratiques religieuses : la laïcité comme rempart ?". Son intervention a eu pour titre : Le double rempart de la laïcité devant les pratiques religieuses

  • Intervention de Rivon Krygier à la table ronde de la convention du CRIF, le 20 novembre 2011

    Sept minutes pour saisir les grands défis de la communauté juive de France, autant vouloir créer le monde en sept jours ! C’est un défi en soi, sinon une gageure. Allons donc droit au but, au risque d’être un peu brutal. À dresser d’abord un bilan général, je suis d’avis que la communauté juive de France n’a pas à rougir de sa situation, en tout cas en comparaison à ce qui se passe en de nombreux autres endroits de la diaspora, où la vie juive est en pleine déliquescence.

  • Conjurer l'antisémitisme et bâtir la paix universelle

    Ce soir, réunis dans la joie et en famille au Seder de Pèssah, nous lirons cependant cette prémonition stridente et stupéfiante qui a hanté toutes les générations du peuple juif à travers sa longue histoire :

    וְהִיא שֶׁעָמְדָה לַאֲבוֹתֵֽינוּ וְלָֽנוּ, שֶׁלֹא אֶחָד בִּלְבָד עָמַד עָלֵֽינוּ לְכַלּוֹתֵֽנוּ אֶלָּא שֶׁבְּכָל דּוֹר וָדוֹר עוֹמְדִים עָלֵֽינוּ לְכַלּוֹתֵֽנוּ, וְהַקָּדוֹשׁ בָּרוּךְ הוּא מַצִּילֵֽנוּ מִיָּדָם.

  • Intervention de Rivon KRYGIER le 12 janvier 2012 dans le cadre d’une rencontre du CRIF avec la Grande Mosquée de Paris

    les sources traditionnelles du judaïsme ont pris très au sérieux la question du blasphème et l’outrage qu’il traduit. Il importe de comprendre cette susceptibilité, même si elle est difficile à concevoir pour certains modernes détachés de toute religiosité.

  • Deux âmes, une voix prophétique

    Bon nombre d’entre nous gardent en tête l’image saisissante de la marche pour les droits civiques, de Selma à Montgomery, capitale de l’Alabama, en 1965, dans laquelle le pasteur Martin Luther King s’avance d’un pas ferme avec à ses côtés le rabbin Abraham J. Heschel, bras dessus bras dessous, en tête de la manifestation. Quel symbole ! Au demeurant, une question mérite d’être posée : cette « union sacrée » était-elle évidente ? Mon analyse se focalisera ici sur la dimension proprement théologique de ce rapprochement.